Com­ment est née le car­te de Noël ?

Com­ment est née le car­te de Noël ?

© L. Geissler / Droits limités

Une linogravure spéciale orne nos produits imprimés du mois de décembre.

***

Au sujet de l'illustration de la carte de Noël : ​La linogravure représente sous une forme abstraite le verset biblique « Emmanuel, Dieu avec nous ». L’étoile de Bethléem annonce la naissance du fils de Dieu (« Dieu ») aux rois mages venant de l’Est et la Terre, sur laquelle vivent les êtres humains (« nous »), est représentée par une petite tache dans le vaste univers. Les couleurs se superposent là où Dieu et les hommes se rejoignent (« avec »). Lorsque Dieu et les hommes se rencontrent, la solitude est rompue.

***

Cette édition du DIALOGUE, comme le journal et la carte de Noël de cette année, sont ornés d’une linogravure spéciale. L’idée, la conception artistique et la réalisation technique sont l’œuvre de Lin Geissler, notre Responsable Corporate Design. Découvrez ci-après le processus de création.

Le verset biblique « Emmanuel, Dieu avec nous » (Matthieu 1:23) est le point de départ pour l’illustration des produits imprimés. Plus précisément : en rencontrant les êtres humains, Dieu rompt leur solitude. Comme représenter ce verset graphiquement ? Lin Geissler, en charge de la réalisation concrète depuis juin, revient sur les premières étapes du processus : « Comment visualise-t-on Dieu ? » C’est suite à cette question que l’idée de l’étoile a germé pour la première fois, car celle-ci annonce aux Rois mages la naissance de Jésus. Pour Lin Geissler, un autre aspect est également important : « L’étoile montre que Dieu est là pour chacun, indépendamment de son origine. »

Réflexions et révélation
Elle note ses premières réflexions et associations d’idées, puis part en quête d’inspiration sur Internet, à la recherche d’idées, d’orientations stylistiques et de symboles. Devrait-elle représenter cet adage par un motif ? La graphiste y renonce : « Les motifs donnent trop une impression de déconnexion. L’illustration doit représenter les hommes ‘ensemble’ et non pas ‘séparés’. » Ou peut-être une crèche ? « De nouveau, cette idée me semblait un peu trop banale et stéréotypée. » Après de nombreuses réflexions, menées également avec ses collègues de la Rédaction, elle met ce travail de côté. Lin explique : « Je me suis consacrée à d’autres mandats. Ça peut aider. De toute façon, on sait que le cerveau continue à travailler. »

C’est alors qu’elle a une idée : « Pourquoi ne pas prendre ‘Dieu avec nous’ au sens littéral et abstraire ces trois mots de leur interaction ? » Le concept commence à prendre forme. « Le 29 juin, à tout juste 10 heures, j’ai mis de côté un tout autre travail pour esquisser, à la main, cette idée sublime sur mon téléphone portable. » À partir de là, l’illustratrice réalise de nombreux autres dessins sur l’ordinateur, et parvient au résultat final… après 110 ébauches.

Un caractère naturel
Il est temps de passer à la réalisation. Dès le début, Lin Geissler avait pensé à la linogravure, une technique idéale pour le motif choisi. « J’aime le travail avec les outils et les plaques de linoléum. Ce procédé d’impression donne un aspect vraiment naturel à l’ensemble. »

Son premier essai avec les plaques de linoléum échoue, car il nécessiterait d’être en grande partie retravaillé à l’écran. Lin le laisse en l’état. Après plusieurs heures, le deuxième patron est prêt pour l’impression. Comme la Direction de l’Armée du Salut souhaite un changement de couleur, Lin échange le rouge choisi initialement contre le bleu.

Pour l’impression, elle marque sur le support, à l’aide de ruban adhésif, les dimensions et l’écart par rapport aux plaques de linoléum et au papier, de manière à pouvoir les placer sans trop de difficultés. « Les deux couleurs doivent se superposer avec justesse. Une légère imprécision ne nuit pas au résultat, mais ça donne du caractère ! » Prochaine étape : appliquer la couleur avec le rouleau sur le linoléum. Puis, il reste à aligner le papier sur les marques effectuées, à appuyer et bien presser avec une petite presse manuelle.

L’ensemble du processus, à partir du choix du verset biblique en juin, en passant par la réalisation technique du projet en septembre, jusqu’à la finalisation en octobre, a duré quatre mois. Les belles choses prennent du temps.

Auteur
Livia Hofer

Publié le
24.11.2020