Rassemblement romand à Granges-près-Marnand

Rassemblement romand à Granges-près-Marnand

© Sébastien Goetschmann / Libre de droits

Dimanche 27 août, les salutistes de Suisse romande se sont rassemblés pour partager une journée avec l’équipe d’Evangile en chemin.

Une journée de joie et de fête, comme l’a souhaité la major Sylvette Huguenin, Cheffe de la Division Romande, lors de son introduction. Le Josué Brass, puis l’équipe de louange du Poste d’Aigle ont ensuite emmené l’auditoire dans un temps d’adoration.

 

Le partage sans contrainte
L’équipe d’Evangile en chemin utilise trois manières d’entrer en contact avec les gens. Il y a la Cabane, un lieu fixe au Flon à Lausanne, où les gens peuvent venir le week-end boire un café, participer au culte, prier, échanger, … en toute liberté. Il y a le tipi, qui se déplace de ville en ville à travers le canton de Vaud et même en France. Puis il y a Hetty Overeem, pasteure itinérante hollando-vaudoise, qui voyage avec son âne Speedy et son chien Barou, à la rencontre des gens. Il faut dire que cette drôle de compagnie attire l’attention. Aujourd’hui, Hetty demande aux participants de réfléchir à la plus belle chose que Dieu leur a récemment révélée sur Lui-même. Pour elle, il s’agit du fait que ce n’est pas Jésus qui fait des choses avec elle, mais elle avec Jésus. C’est un changement de perspective, qui enlève la pression de devoir réussir, car c’est d’abord Dieu qui agit et nous nous associons pour être avec Lui.

 

Exercices de témoignage
Hetty poursuit par le passage en Matthieu 16, où Jésus demande à ses disciples : « Et vous, qui dites-vous que je suis ? » Simon Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » La pasteure itinérante en dégage une manière de témoigner dont nous avons peu l’habitude.

  1. Ce témoignage de Pierre ne parle pas de ce qui se passe dans sa vie, mais parle de quelqu’un d’autre. Ce quelqu’un d’autre est Jésus.
  2. Pierre dit qui est Christ. Il proclame des vérités sur qui est Dieu.
  3. En faisant cela, il opère un choix, il prend position. Il aurait pu dire que Jésus est l’homme qui les guide, qui fait des miracles, … Mais il choisit d’affirmer que Jésus est le Fils de Dieu.
  4. C’est en fait Dieu, son Saint-Esprit, qui nous inspire lorsque nous parlons de Lui. « Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. » (Matthieu 16 : 17). Dieu agit et nous faisons avec.
  5. Cela amène un changement d’abord dans ma vie, puis dans celle des autres. « Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » (Matthieu 16 : 18 et 19).

Concernant la forme du témoignage, elle ajoute qu’il doit être transmis dans l’amour, en faisant attention de prendre son vis-à-vis là où il en est. Il faut être le plus concret possible, parler d’un Dieu d’amour peut paraître vague. Enfin, il n’y pas d’excuse pour ne pas témoigner, chacun a quelque choses à partager.

La matinée se poursuit avec des exercices de témoignage en groupe de quatre, suivant la question : « Qu’est-ce que Dieu m’a récemment révélé sur Lui et ce que cela a changé ou va changer dans ma vie ? »

 

Ecouter Dieu et agir
Suite à la pause du repas, animée par le Josué Brass, l’assemblée reprenait place dans la salle du Battoir. Tout d’abord, l’opportunité est donnée à ceux qui ont peu l’habitude de témoigner de prendre la parole devant tout le monde. Puis, chacun est invité à prendre simplement un temps de silence gratuit devant Dieu. Sans rien attendre ni demander, en étant juste à son écoute.

Enfin, chacun est invité à passer à l’action. A son époque, Jésus avait lavé les pieds de ses disciples (Jean 13). Aujourd’hui il est plus courant de se laver les mains avant de manger. C’est un geste hygiénique, mais cela peut aussi être un geste d’amour. Ainsi, par groupes de deux, chacun a lavé les mains de son vis-à-vis avec de l’eau, du savon, une lingette et de l’huile parfumée.

 

Cette journée pleine de surprises s’est terminée avec la bénédiction et peut-être que certaines des méthodes de témoignage peu habituelles partagées seront réutilisées par les salutistes présents.

 

Visitez ici le site d'Evangile en chemin.

Auteur
Sébastien Goetschmann